L’attrait pour l’immobilier dans le pays de Gex est en hausse

Uya6wnavzrfa1grdcn5p

Tout à l’est du département de l’Ain se situe le pays de Gex, qui borde la Suisse et en particulier Genève. Cette zone est particulièrement attractive pour l’immobilier puisqu’elle permet une grande proximité avec Genève. Un lieu très prisé des frontaliers qui y bénéficient d’un pouvoir d’achat confortable et en particulier pour l’immobilier. Zoom sur ce secteur immobilier unique. 

La situation géographique du pays de Gex

Cette zone est en fait relativement fine, puisqu’elle borde la frontière Suisse, s’étendant de Valserhône à Divonnes-les-bains. Au pied du Jura et non loin des Alpes, cette petite zone géographique est idéale pour les travailleurs frontaliers. Etant donné que le prix de l’immobilier en Suisse est plus élevé, de nombreux travailleurs cherchent à emménager dans cette zone. Tout comme la zone frontalière du côté de la Haute-Savoie, le pays de Gex est devenu très prisé pour sa position.  Ce petit territoire est complètement tourné du côté de la Suisse et ce sont les travailleurs frontaliers qui permettent d’augmenter le pouvoir d’achat dans les villes et villages du pays de Gex. 

Ce pouvoir d’achat se ressent du côté de l’immobilier puisque le prix du mètre carré dans le pays de Gex dépasse les 4000 €. C’est un prix particulièrement élevé pour le département de l’Ain, dans lequel les prix de l’immobilier sont plus faibles et n’ont pas trop souffert de la crise. En effet, dans le département, le prix moyen par mètre carré est autour des 2900 €. On remarque même qu’à Divonnes-les-Bains, cette commune très proche du lac Léman et du canton de Genève, les prix frôlent les 6000 €/m². 

Une zone diversifiée pour les acheteurs

Non seulement la zone est intéressante pour sa proximité avec la Suisse, mais elle a également un marché de l’immobilier très développé. On y trouve plusieurs petites communes dans lesquelles on peut trouver son bonheur dans l’achat d’une maison familiale, mais on trouve aussi des appartements. Le marché des appartements est même en développement dans le secteur d’après la Fnaim puisqu’il aurait gagné + 5% en moyenne. Globalement, plus on est proche de la frontière plus les prix peuvent grimper comme à Divonnes-les-Bains.

On trouve des logements de différentes tailles, avec une majorité de T3  dans le secteur. Cela peut se comprendre par le besoin de place pour les familles qui s’installent. En revanche, si l’on cherche des studios ou des T2, on a plus de chance d’en trouver dans les villes limitrophes à Genève. Les prix restent tout de même élevés avec au moins 200 000 € nécessaires pour s’offrir un T2 et jusqu’à 500 000 € pour les T5. En revanche, les prix peuvent grandement varier si l’on achète dans l’ancien et surtout selon la commune dans laquelle on va se trouver. En s’éloignant petit à petit de Genève, on pourra trouver des logements plus abordables. 

Une zone plus rurale pour les frontaliers

Ce qui est un bon point pour le pays de Gex, c’est sa position, de l’autre côté de la frontière de Genève, on dispose d’un cadre plus rural et moins dense que du côté d’Annemasse par exemple. De plus, on peut vraiment gagner en temps si l’on a besoin de se rendre à Genève sans avoir besoin d’emprunter l’autoroute.